Un âne concourt à l’Eurovision et insulte l’Azerbaïdjan

Première publication : 28 mai 2012.

Cette année, ce ne sont pas les messagères des Enfers, portant fouets et torches, criant dans la langue de Shakespeare les joies de l’autoritarisme et du nettoyage ethnique à Bakou, qui ont eu la palme du concours Eurovision de la chanson. Coup de tonnerre dans les milieux de la chanson, quasiment tous les pays d’Europe présents lors de la Finale organisée à Bakou, excepté l’Azerbaïdjan et la Suède, ont donné leurs points à un âne venu d’une contrée lointaine. Sa chanson, « Un âne à Bakou », est une sorte d’hommage au pays d’accueil. « Ses braiments et son talent scénique ont beaucoup plu au public de l’Eurovision, qui était habitué jusqu’ici à voter pour des êtres humains », a expliqué l’un des animateurs de la soirée.

«À la trappe les envahisseurs de l’Altaï,

« Merdre à l’intégrité territoriale,

« Je suis l’âne de Bakou »

dit le refrain de la chanson, qui a fait l’objet d’une lettre de protestation officielle de l’Azerbaïdjan…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s