Le Ponzi du Bosphore ou l’argent spolié du génocide des Arméniens

Première publication : 9 décembre 2013.

Par Gogoglu, ministre turc des Affaires européennes

Tandis que je tourne d’un geste répétitif la manivelle du panturquisme, tu me répètes, cher Portfolio, qu’Europe et Turquie se sont promis de procéder à une intégration réciproque. Je n’ai cessé d’entendre cette rengaine, et pourtant je n’ai pas aperçu une once de terre européenne dans la vase de notre détroit du Bosphore. Sur ce côté-ci du Bosphore, depuis la fondation grippe-sou de notre cher pays, massacreurs, révisionnistes, intégrationnistes, fondamentalistes, spoliateurs, prospèrent sans être inquiétés le moins du monde. Et le panerdoganisme, ce pangülenisme ouvert, se doit de jouer les modernisateurs. Ce nouveau credo doit appeler l’oumma planétaire à se fédérer autour d’une démocratie soi-disant pluraliste bâtie sur un génocide tout bénéfice. A l’argent des victimes du génocide des Arméniens ! buvons… Le capital que nous avons spolié, poursuit Gogoglu efendi, a fructifié et fait croître notre bourgeoisie. Cet argent que nous avons volé aux Arméniens n’a-t-il pas fait de chacun de nous un Madoff pacha ? Toute la chaine de prospérité qui s’en est suivie porte un nom : le Ponzi du Bosphore.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s