Bazar Flagellati découvre la diplomatie du cafard de l’Azerbaïdjan

Première publication : 13 octobre 2015.

Les amis de Bazar Flagellati, assemblés pour fêter la énième participation du photojournaliste à une campagne de désinformation sur l’Azerbaïdjan, ont fait une macabre découverte ce vendredi dans le salon de l’artiste.

Un gigantesque cafard était étalé sur l’un de ses tapis, qui lui avait été offert par une municipalité.

Les convives ont poussé des hurlements stridents en se cachant le visage.

Afin de les calmer, Bazar a dû leur jeter des louches de caviar à la figure, ce qui s’est avéré payant pour le rédacteur en chef de Worldwide Berdouille-en-Tripot, qui devait rédiger un article sur la «diplomatie du caviar» de l’Azerbaïdjan, et qui a pu retrouver la raison.

Cependant, le cafard géant, choqué d’avoir pu provoquer ces hurlements, a dû se faire hospitaliser d’urgence, et s’en est plaint auprès des médias.

Le photojournaliste, mal à l’aise, a expliqué à ses amis qu’il n’avait pas l’intention de leur faire peur, que le cafard sur le tapis avait l’habitude de s’allonger ainsi car il aimait imiter les célébrités.

« C’est la diplomatie du cafard », a expliqué l’insecte à Bazar, qui s’est aussitôt écrié, ses sourcils arqués jusqu’à la racine du cuir chevelu, un mauvais sourire au visage :

« Cela me donne l’idée de faihr une exposition muhrale de cafards. Je vais demander à la Fondation Aliyev de débloqué… les sourds dans ma poche. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s