Formation du bloc d’opposition Nôrmal Prestige

Conversation entre cadavres politiques sur le point de former le bloc d’opposition Nôrmal Prestige:

« Ah! Te voilà la Pomponnette! Je ne pensais pas te voir de sitôt. Viens ici! Qu’as-tu fait du gros pourboire que je t’ai envoyé? Tu as déjà oublié? Ha! Ha! C’est gentil de venir me donner un coup de main dans mon nouveau bloc d’opposition, Nôrmal Prestige, avec tous les anciens gangsters et criminels du pays, stipiendés par le Kremlin, pour “restaurer l’ordre constitutionnel”… C’est sûr qu’on s’est restaurés comme des cochons entre 1998 et 2018. La restauration, ça n’a pas arrêté… Oh la vache! On a bien saigné le peuple arménien, nôrmal, c’est la fonction des partis bidons. Mais les blocs d’opposition, ça se retape! Avec tous ces Nôrmal qui remontent à la surface, je me dis: allez! un dernier petit bloc d’opposition, avec les escrocs de tout poil. »

Serzh Sargsyan s’y connaît en matière de guerre!

Première publication : 5 août 2016.

Serzh Sargsyan s’est souvent enorgueilli de ses supposés faits d’arme durant la guerre de l’Artsakh (Karabakh). D’après la rumeur, cette affirmation selon laquelle il serait un vétéran de la guerre entre Arménie et Azerbaïdjan qui a pris fin en 1994, aurait été créée de toutes pièces pour étoffer son CV. Son uniforme militaire aurait été acheté dans une boutique de farces et attrapes.

Serzh Sargsyan, pendant la guerre de l’Artsakh, serait resté cloîtré dans une ferme à contempler les vaches (pas celles de Naftalan) en attendant les « excellentes nouvelles » du front. Lorsque les troupes turques ont reflué vers l’Azerbaïdjan, le futur président s’est emparé d’une arme et a prétendu, tel Katch Nazar le poltron des contes arméniens, qu’il avait été le plus vaillant des soldats…

Comment défendre un président qui n’a même pas vu venir l’attaque azérie d’avril 2016 ?

Président Recup Barjo Erdodane: La soi-disant frontière arméno-turque

Première publication : 5 janvier 2015.

Par Recup Barjo Erdodane, président de la Turquie

Mes chers compatriotes, voici ce que mes courtisans m’ont dit à l’aube, alors que j’enfilais ma robe noire présidentielle.

« Cumhurbaşkanı Recup Barjo Erdodane, nous nous sommes rendus près de la frontière, afin de voir de nos propres yeux si la légende de 1923 était authentique. Non, Sultan Erdodane, elle n’a jamais été là, la frontière. Kaput ! »

Mes chers compatriotes, mon cher Akaput islamiste modéré, il n’y a jamais eu de frontière arméno-turque.

Autrement dit, il n’y a pas de frontière entre l’Arménie de l’Est (Erevan-Stepanakert) et la Turquie (Ani, Kars, Erzurum, Mush, etc.) mais une seule Arménie.

Radio Free Europe est-il atteint à son tour par la pestis azerbaijanis?

Première publication : 24 juillet 2014.

Le déferlement de haine arménophobe souterraine du régime politique de l’Azerbaïdjan semble avoir transmis l’agent pathogène de la pestis azerbaijanis à un média censé défendre la liberté des médias : Radio Free Europe/ Radio Liberty.

Le 22 juillet, alors que paraissait chez RFE/RL un article basé sur un reportage de Regnum.ru et Interfax, intitulé « Armenian Mayor Injured By Explosion in Nagorno-Karabakh », qui imputait aux Arméniens la responsabilité de la guerre du Karabakh, et les accusait d’avoir « violemment annexé » le territoire, un nouveau cas de pestis azerbaijanis a été découvert chez un journaliste de Radio Free Europe/Radio Liberty, dont on ignore la nationalité mais qui semblait réunir tous les symptômes de cette pandémie de peste bubonique.

Celui-ci s’est mis à crier que le Karabakh (Artsakh) avait été « violemment arraché » à l’Azerbaïdjan par les habitants du Karabakh.

Que voilà une belle définition de l’auto-défense et de l’auto-détermination!

Après analyse du laboratoire, l’individu présentait effectivement dans son sang une grande quantité de bactéries tataria pestis. Le professeur Kagoshima a confirmé qu’il s’agissait d’une forme « très virulente » de la maladie, qui semble avoir « radio-muté » lors de son passage dans le média Radio Free Europe, créant une nouvelle forme de bactérie virale, la « tataria pestis RFE/RL », qui a contaminé, à l’heure actuelle, un journaliste.

Rappelons qu’avant la contamination, Radio Free Europe/Radio Liberty se félicitait, en langue anglaise, d’être « a unique source of information about many of the world’s political hotspots » (traduisez : « une source unique d’information sur de nombreuses zones d’agitation politique et de violence potentielle du monde »).

Radio Free Europe est devenu quant à lui une zone d’agitation virale.

Une très bonne recette de votre grand-mère pour l’ouverture de la frontière entre l’Arménie et la Turquie

Première publication : 4 juillet 2014.

Lors du récent conseil du Congrès Républicain Prospère, une étonnante et croustillante recette de cuisine a fait sensation chez les oligarques arméniens, qui se sont empressés de prendre des notes, nôrmal, on ne plaisante pas avec la gastronomie en Arménie.

La recette pour l’ouverture de la frontière (en réalité arméno-arménienne) sans préconditions peut se résumer en cinq étapes :

– Lâchez une pincée d’oligarques d’Erevan en Arménie de l’Ouest pour y chercher cinquante sacs de plantes et de légumes.

– Mélangez le tout avec du poil de loup gris dans une marmite d’huile bouillante.

– Ajoutez-y un kilogramme de pommes de terre et de poivrons, puis faites mijoter le tout pendant une demi-journée jusqu’à ce qu’une croûte se forme à la surface.

– Recouvrez la surface de lait entier, de beurre, puis reversez le contenu de la marmite sur de la terre ferme, puis patientez une journée.

– Faites construire par-dessus une Église en chocolat. Attendez le lever du soleil si vous réussissez à ne pas vomir avant.

La frontière, à peine ouverte le temps de la confection de la recette, se refermera aussitôt.

L’Union eurasienne lance un appel à candidatures: l’Arménie hésite

Première publication : 18 juin 2014.

L’Union eurasienne, traité d’union économique regroupant trois pays de l’ex-Union soviétique, lance un appel à candidatures auprès des pays européens et eurasiens.

Les candidats qui souhaitent entrer dans l’Union eurasienne s’assureront qu’ils n’ont pas de litige territorial en cours et qu’ils ne sont pas d’une taille considérable.

Les futurs membres s’engageront à acheter des produits russes et à remplir leurs réserves nationales de roubles (un milliard de roubles eurasiens pourraient être estimés à un pesos).

La date butoir pour le dépôt des candidatures est confidentielle.

Tous les dossiers reçus après la date limite seront jetés au feu.

La République d’Arménie, qui n’a pas de litiges territoriaux, pas de superficie considérable, conviendrait parfaitement.

Le BHK confiant dans une démocratie prospère

Première publication : 11 mai 2014.

Le représentant du parti politique Arménie Prospère (BHK) a déclaré, le 7 mai, être « confiant » quant à un changement de régime en Arménie de l’Est.

Comme le régime du parti républicain (HHK), au pouvoir depuis 2000, n’a pas épargné la silhouette autrefois svelte des oligarques, certains commentaires affirment qu’il serait possible de renverser la tendance, effectivement, en changeant de régime…

La politique de la girouette, autrement dit quitter le gouvernement, entrer dans « l’opposition » pour réintégrer ensuite le gouvernement du même régime, révèle plutôt un manque indubitable de confiance dans l’avenir du pays.

Il faut entendre par le « changement de régime », tout simplement, l’opportunité ou la bonne fortune de dessiner une ligne de partage plus dure, ou plus souple, entre opposants et forces gouvernementales.

Les caciques des libertés civiques et de la démocratie prospère, au BHK comme au HHK, ne demandent qu’à monter dans l’ascenseur gouvernemental.

Mais en ce qui concerne les lignes de la politique extérieure, il faut préciser que l’Arménie de l’Est n’est guère aux abois, elle qui ne compte que des amis veillant au grain, c’est-à-dire sur son régime.

Hausse de 1400% des bulletins de vote en Arménie

Première publication : 25 mars 2013.

Selon l’Institut National des Statistiques de la Prospérité, ce sont près de 12.000 tonnes de bulletins de vote qui ont été imprimés pour les élections présidentielles de février 2013, soit une hausse de 1400% par rapport aux élections précédentes de 2008. Le président réélu, congratulant ses collaborateurs, les a décorés d’un ordre inconnu jusqu’alors à la devise évocatrice: « Le bulletin de vote est d’or. » La mission internationale d’observation ne lisant pas l’arménien n’a vu que goutte. En Arménie, ce sont les bulletins qui votent et remplissent les urnes comme le bon vin l’outre.

Projet foireux d’exposition anti-arménienne à Tel Aviv?

Première publication : 24 février 2013.

Si l’exposition inversionniste et révisionniste contre le peuple arménien devait y avoir lieu, le Beth Hatefutsoth, Musée de la Diaspora de Tel Aviv, créé en 1978, deviendrait pour son malheur la vitrine des Faurisson de la Mer Caspienne. Il serait dommageable pour Israel et les Juifs du monde entier que quelques responsables de Tel Aviv organisent une exposition contre les Arméniens en reprenant les thèses mensongères de Bakou. Nous avons imaginé la fiction qui suit pour souligner l’invraisemblable stupidité de ce projet, en espérant qu’il sera annulé et que des excuses seront présentées à la nation arménienne.

Ilham Aliyev s’adressant aux Juifs :

« Soyez les ânes de l’Azerbaïdjan post-nettoyage ethnique. Hi! Han!

« Après ce dîner povre et gaste au Musée de la diaspora de Tel Aviv, les sentiments nobles qui m’animent m’invitent à évoquer avec vous la renommée de notre tuyauterie culturelle et de notre pays plein de terres incultes.

« Les récentes manifestations d’hostilité à mon égard en Azerbaïdjan sont justifiées. Les belles récoltes seigneuriales et les douces flagrances de nos pâturages ont de bien maigres aboutissements économiques.

« Un gaspilleur tel que moi ne sait rien garder. Il serait malplaisant de faire profiter les gueux du produit de la pêche, froid comme le marbre.

« S’il vous prenait l’idée d’infirmer mes propos, voyez le cou gemé et étincelant de mon épouse. Demandez-lui de plisser les lèvres en montrant les dents. Nous en avons ôté toutes les caries pour y garder une partie de notre or, chèrement acquis par notre diplomatie des hydrocarbures, dont les multiples cavalcades planétaires de la fondation Aliyev sont la vitrine symptomatique.

« Hé bien! Il est temps pour moi de prendre congé. Je remercie mes hôtes et le négationnisme de l’Azerbaïdjan, tous les Faurisson de la Mer Caspienne et les ânes que vous êtes.

« Si vous me permettez, je vais tantôt aller me plaindre dans un autre lieu de l’occupation des territoires de l’Azerbaïdjan par l’Azerbaïdjan.

« L’illégalité de mon pays m’oblige à la manière des Turcs à provoquer une pagaille de tous les instants. Je vais maintenant vous laisser à vos réflexions.

« La foire est terminée! Hi! Han! »